student-849825_1920.jpg

Question de la semaine

Le concept

 

Chaque semaine, découvrez la réponse d'une question psy posée par un.e internaute. Vous trouverez le contenu publié de façon hebdomadaire ci-dessous. 
 

Les questions sont libres et 100% anonymisées. C'est-à-dire que votre identité sera protégée en cas de publication de votre question. La seule condition est le format plutôt court de celle-ci.
 

Bien que cette rubrique propose une réponse personnalisée, celle-ci ne se substitue pas à une consultation. 

Vos questions, mes réponses

  • Question du 28/12/20 : 

Le masque et la distanciation sociale nous obligent à basculer vers d'autres codes pour communiquer. J’ai peur que cela crée un clivage social et cela m’inquiète. 

Comment le relationnel entre les gens –et par conséquent aussi le mien- peut-il évoluer avec le port du masque et la distanciation sociale ?

La réponse de la psy :

Un sourire, une moue, des joues qui rosissent… La spontanéité d’une émotion est gommée par le port du masque, alors que chaque visage est à lui seul capable d’environ 10 000 expressions différentes.
La distanciation sociale empêche quant à elle une proximité des échanges, dilue l’enthousiasme communautaire qui rapproche, affaiblit les possibilités de connexion entre des populations qui bien trop souvent se frôlent sans pour autant s’accorder une véritable attention.

De la crise sanitaire au constat des dégâts psychologiques causés, la fracture sociale s’observe et s’est retrouvée politisée dès son apparition.
Mais est-ce vraiment de cela dont vous faites mention ?
Est-ce la conséquence sociale à grande échelle en son aspect politique qui vous inquiète ou est-ce peut-être une perte de repères au sein de votre propre relationnel ?

Ironiquement au regard de cette question, le visage de chaque problématique n’est que rarement celui qui correspond à l’émergence de celle-ci. Par exemple, une pêche ne ressemble pas à son noyau pourtant c’est bel et bien son noyau qui est à l’origine de ses caractéristiques visibles.
Pour comprendre votre angoisse, essayez de réfléchir à son fond et non pas qu’à sa forme.

Il est naturel de craindre une évolution des échanges quand ces derniers sont soumis à l’exclusion de leurs codes principaux. De base, la communication n’est pas toujours facile à établir alors masqués, elle se brouille davantage.
L’issue possible est d’investir le langage verbal en lui donnant beaucoup plus de volume : enrichir son vocabulaire, développer ses idées, s’attarder sur l’expression de ses ressentis.

Quand le substitut facial est moins opérant, c’est comme pour tout : on compense. Au même titre que vous avez su vous adapter aux codes généraux de communication tout en introduisant les vôtres, l’ajustement à ce manque expressif provisoire vous poussera naturellement vers une compensation. Faites-vous confiance !  

Et si la perte de repères enfle, n’hésitez pas en ce cas à prendre RDV afin d’être accompagné.

  • Question du 21/12/20 : 

L’année 2020 a été anxiogène pour moi à cause du Covid et tout ce que cela a impliqué dans ma vie personnelle et professionnelle. Comment pourrais-je faire pour appréhender au mieux 2021 (qui ne s’annonce pas meilleure pour les prochains mois) ?

 

La réponse de la psy :

 

La crise du Covid-19 a remis en cause un certain nombre des fondements tant personnels, professionnels que globaux. Cette interrogation soulève incontestablement la question du qu’en sera-t-il : la routine d’hier est devenue le doute de demain.

 

Cette question ne nous est toutefois pas si étrangère puisqu’elle figure parmi les plus importantes dans la vie d’un individu. Or la conjoncture actuelle l’accentue considérablement. Elle l’étoffe, elle lui donne une consistance plus lourde qu’auparavant.

 

Peut-être s’agirait-il alors d’identifier ce qui est désormais trop écrasant pour vous ? Quels sont les éléments concrets et spécifiques de votre vie qui ont été bouleversés par le Covid-19 ?

 

Car même si le caractère anxiogène de la situation est le même pour tous, il impacte de différentes façons. Les leviers qui ont été actionnés en vous peuvent être ainsi révélateurs d’aspects à modifier dans votre quotidien. Quels seraient-ils ?

 

L’important à saisir est que l’appréhension de 2021 se fonde sur des facteurs imprévisibles, qui mettent à mal le contrôle habituel de sa vie, ce qui renforce donc l’anxiété ressentie.

Pourtant, l’incertitude n’est pas synonyme de perte de maîtrise. Même si cette période invite au changement, elle ne vous empêche pas de demeurer au centre de vos perspectives de vie.

 

Demain est pavé de votre propre réflexion et non pas de certitudes que l’on suppose à l’avenir. Entrer en 2021 c’est continuer à vous découvrir dans vos victoires comme dans vos fragilités, relatives ou non au Covid-19.

  • Question du 14/12/20

Je suis suivi depuis peu par un psy, suite à un décès familial cumulé à un contexte professionnel toxique que je subissais depuis longtemps. Je prends aussi un traitement antidépresseur et anxiolytique. Malgré tout je tiens le cap car j'ai changé de travail, ce qui m'aide beaucoup puisque l'autre boulot devenait un vrai enfer pour moi...

Comment se libérer mentalement et définitivement d'un ancien job dans lequel une relation malsaine s'était installée (peurs, angoisses, cauchemars...) ?

La réponse de la psy : 

Le phénomène d'emprise professionnelle est une problématique connue et reconnue aujourd'hui, grâce à la considération des risques psycho-sociaux.

Ce qui est insidieux -vous le décrivez d'ailleurs bien en employant le terme « relation » -, c'est qu'elle s'insère dans votre psychisme sans même que vous vous en aperceviez. Les interactions au sein de ce lien vous mettent à mal et ce pouvant aller jusqu'à la destruction.

Qui plus est, l'expression du mal-être se heurte souvent à des craintes liées à l'environnement de travail : hiérarchie, désireux de conserver un bon paraître, inquiet des suites pouvant émerger d'éventuels conflits en évoquant ce qui ne va pas... La liste est longue et présente beaucoup d'entraves à la libération de la parole.

Dans ce contexte, lorsque le conflit éclate et que la situation s'envenime, l'emprise enfle et soumet davantage la personne qui la subit.

 

L'aspect positif de votre témoignage est que vous spécifiez être en suivi psychologique pour vous aider à surmonter cette épreuve.

Cette approche me paraît indispensable.

Se libérer d'une emprise requiert du travail sur soi, avant tout pour comprendre le cheminement de celle-ci : comment s'est-elle installée, à quel moment, pour quelle raison, pourquoi a-t-elle cheminée autant ?

L'ensemble de ces compréhensions vous permettra de vous réattribuer le sens de ces événements qui a pu vous échapper. Car ce qui vous échappe vous ramène inlassablement à lui.

 

N'hésitez pas également à prendre appui sur vos proches, qui pourraient vous épauler et vous soutenir. En poursuivant parallèlement votre suivi, vous amenuiserez cette emprise en lui coupant les vivres, par le nouveau sens que vous trouverez à ce vécu.

  • Whatsapp
  • Mail
  • Facebook
  • Instagram

© 2021 par Satinka Sanson - Tous droits réservés